Facebook

Activités

Historique et contexte

Historique

L'association, dénommée aujourd’hui Théâtre & Publics, existe depuis le 28 juin 1983, date à laquelle le « Centre de recherche et de formation musicale et théâtrale en Wallonie » se scinde pour créer « Recherches et Formation Théâtrale en Wallonie » (R.F.T.W.). Le 1er février 1990 l'association prend la dénomination de « Centre de Recherche et de Formation Théâtrale en Wallonie » jusqu'au 26 avril 1994 où elle devient « Théâtre & Publics – Centre de recherches et de pratiques théâtrales ».

Le 5 mai 2002, l'assemblée générale procède à la refonte des statuts et l'association prend la dénomination de « Théâtre & Publics, Recherches, pratiques et formation théâtrales en Europe », dénomination qui est toujours la sienne aujourd'hui.

Sur ces trente années d'existence et d'évolution, Théâtre & Publics a mené des actions majeures et significatives à destination des praticiens du secteur, de la propédeutique à l'exploitation d’œuvres théâtrales en mettant toujours au centre de ses réflexions éthiques et pragmatiques les enjeux pédagogiques, de formation continuée, d'insertion professionnelle et d'économie culturelle. Ces réflexions, qui se sont toujours traduites en actions concrètes, dans des cadres méthodologiques de recherche-action, ont été menées et mises en œuvre en lien direct avec l'épineuse question des publics et les besoins exprimés par les différents acteurs du secteur. De la mise en œuvre, dès 1976 dans le cadre de la « Session expérimentale pour la formation de l'acteur » au sein du Conservatoire Royal de Liège, d'une Formation de comédien-animateur aux premières formations qualifiantes à l'insertion professionnelle soutenue par le Fonds social européen de 1986 à 2007, en passant par l'organisation de la Rencontre internationale sur « Le Mouvement scénique dans la formation des acteurs » en 1986 ou de sa reconnaissance en tant que « OISP » de 1993 à 1999 par la Région wallonne, ou encore la création, en 1994, d'un Studio des jeunes acteurs au Théâtre de la Place, la liste des actions et de leurs résultats est trop longue pour être développée dans ce cadre (pour une vision plus exhaustive, on consultera l'ouvrage « Profession Acteur 1993-2003 » édité par Théâtre & Publics en 2005). Ces différentes recherches-actions ont toujours fait l'objet de publications qui ont permis la transmission de leurs enseignements aux praticiens du secteur et pour certaines d'entre elles l'essaimage des actions qui ont démontré leur pertinence et leur efficacité : citons, à titre d'exemple, « Studio d'acteurs – saison 1995/1996 mis en œuvre au Théâtre de la Place » parue en 1996 qui a permis de créer une expérience similaire au Théâtre National ; ou encore celle relative à « La mise en place d'aide à l'emploi à destination des lauréats des écoles de théâtre en Communauté française de Belgique », initiée en 1997, qui sera augmentée et publiée en 1999 sous le titre « Formation/emploi et parcours d'insertion – Diversification des métiers du spectacle ». Les premiers résultats de cette recherche seront repris en 1998 par le ministère de la culture qui développera une autre étude similaire pour créer, la même année, le Centre des Arts Scéniques ! Enfin, citons celle relative à « Bureau de production et formation-insertion en pépinière d'entreprise », initiée en 2000 et publiée en 2002 qui a été remise au centre des réflexions de Théâtre & Publics à partir de 2006/2007. En effet, à partir de 2008, deux études de recherches fondamentales commanditées par Théâtre & Publics et menées par les départements de sociologie et de psychologie cognitive de l'Université de Liège (« L'insertion professionnelle des comédiens. Le cas du conservatoire royal de Liège » et « Un référentiel de compétences aux métiers de la production théâtrale ») ont permis de mettre en perspective les résultats et les enseignements des actions développées sur les 15 dernières années en matière d'insertion professionnelle des jeunes acteurs issus de nos 5 écoles supérieures à l'intérieur desquelles on forme des acteurs de théâtre et de cinéma. Cette nouvelle donne a convaincu Théâtre & Publics d'agir sur un autre niveau pour optimaliser ces actions passées. La nécessité est apparue de se concentrer sur les cadres de production qui déterminent les processus de création et, in fine, la qualité et les conditions des cadres de travail de l'ensemble des métiers du secteur.

Le contexte

C’est bien à partir de l’analyse des besoins de l’acteur, en termes de formation et de pratique professionnelle que se sont dégagés les différents champs d’action investis par Théâtre & Publics.
Sans chercher ici à être exhaustif, nous faisons écho à titre d’exemple et de manière non structurée, à différentes préoccupations relevées auprès des professionnels du domaine et qui animent depuis plus de quinze ans les responsables de Théâtre & Publics.

Sur un plan communautaire, nous pouvons citer la croissance de l’offre de spectacles de création ; la réduction des temps de préparation des spectacles créés et les problèmes de qualité qui peuvent y être associés ; l’insuffisante exploitation des spectacles créés (y compris lorsqu’ils constituent de très belles réussites) considérée comme problème artistique et comme problème de production – rares sont les spectacles de théâtre qui dépassent les vingt représentations en Fédération Wallonie-Bruxelles ; l’insuffisance du travail accompli en direction des populations pour constituer et renouveler les publics de théâtre ; l’absence de proximité et de présence des opérateurs de spectacles de théâtre dans les zones non urbaines ou dans certains quartiers urbains en difficulté ; le statut réservé aux artistes en FWB; les cadres (financiers, de création, de diffusion, etc.) réservés aux premiers projets ; la nécessité de reconsidérer les systèmes de la production théâtrale dans la perspective de cet élargissement et de ce renouvellement des publics, etc.

Sur un plan international et intercommunautaire : l’insuffisante ouverture de la pratique professionnelle à la dimension internationale, y compris dans l’espace francophone – rares sont les spectacles qui connaissent une circulation internationale ; il en est de même avec la Flandre ; la faible part réservée à la coopération culturelle et artistique avec les pays non européens – y compris en matière de formation – y compris dans l’espace francophone ; le statut imposé aux artistes non européens dans l’espace Schengen, etc.

Sur le plan de la formation artistique de base : l’absence d’une institution consacrée spécifiquement à la formation de l’acteur de théâtre et de cinéma; les difficultés de conserver et de développer la nécessaire dimension artisanale de la formation des artistes professionnels du spectacle ; l’absence de choix politique sur la question de savoir si les (des) formations supérieures d’acteurs peuvent conserver l’objectif premier de former des acteurs professionnels au service du théâtre et du cinéma de demain, et des publics ; l’obligation faite à cet enseignement de consommer de l’étudiant au prix de détériorer la formation et d’envoyer au casse-pipe des lauréats mal formés dans un marché difficile (situation qui inquiète non seulement les écoles, mais également les professionnels du théâtre, artistes et institutions) ; l’absence d’une filière complète de formation qui permettrait de structurer un enseignement complet qui irait de la propédeutique au doctorat, l’absence de fonds spécifique pour la recherche artistique au sein des ESA, etc.

Traversé par ces préoccupations, Théâtre & Publics, grâce aux soutiens conjugués de la FWB, de la Wallonie et de l’Union européenne entend conforter sa position dans ce créneau particulier de la « Recherche et Développement » dans une perspective intercommunautaire, européenne et internationale qui paraît indispensable à la réussite de son projet.
Citons les deux chantiers actuellement en cours : la mise en œuvre de la Formation à la production théâtrale par compagnonnage et, depuis la fin de l’année 2013, celle d’un incubateur d’entreprises artistiques et créatives à Liège.